Y’a plus d’saisons

Le calendrier me dit qu’aujourd’hui est le premier jour de l’automne. Vu le temps, je pensais qu’il était arrivé il y a déjà deux mois.

Mais au fait, comment c’était avant ? Je veux dire, au temps où les saisons ressemblaient à des saisons ? Parce qu’il a bien fallu un jour que le printemps ressemble au printemps, l’été à l’été, l’automne à l’automne, l’hiver à l’hiver, pour que Catherine Laborde ait le droit de nous assommer tous les soirs à coups de « normales de saisons ». Non ?
.

Bon, heureusement, pas besoin de météorologiste pour nous expliquer ce que sont vraiment ces saisons. Un maître d’oeuvre en la matière l’a très bien fait : Antonio Vivaldi. Ça tombe bien d’ailleurs puisque l’automne est généralement la saison que l’on connait le moins de lui.
.

Petit point technique

Les quatre saisons de Vivaldi sont plus exactement quatre concertos pour violons, que Vivaldi a souhaité accompagner de quatre sonnets.
L’Automne est composée de
trois mouvements : allegro, adagio molto et allegro (rapide, très lent et rapide). Les mouvements, tous les morceaux de musique classique en ont. Très simple. Le compositeur crée un thème, une sorte de refrain qui reviendra dans toute l’oeuvre et autour de ce refrain compose des variations. Une variation modifie le thème et peut le faire de plusiquers façons :
– déplacer le morceau de quelques notes. Si le thème commençait par un la, le compositeur pourra le faire débuter au do, etc.
– modifier la
nuance, c’est à dire la puissance du morceau. Du plus doucement au plus fort : pianississimo, pianissimo, piano, mezzo piano, sotto voce, mezza voce, poco voce, poco forte, forte, fortissimo, fortississimo
– ou encore faire varier le
tempo. Du plus lent au plus rapide : largo, lento, adagio, andante, moderato, allegretto, allegro, vivace, presto, prestissimo.
(Pas d’effet de zèle, l’italien est bien la langue du solfège.)
.

Autunno, en poème et musique, par Vivaldi

(Allegro)
Par des chants et par des danses,
Le paysan célèbre l’heureuse récolte
Et la liqueur de Bacchus
Conclut la joie par le sommeil.

(Adagio molto)
Chacun délaisse chants et danses :
L’air est léger à plaisir,
Et la saison invite
Au plaisir d’un doux sommeil.

(Allegro)
Le chasseur part pour la chasse à l’aube,
Avec les cors, les fusils et les chiens.
La bête fuit, et ils la suivent à la trace.

Déjà emplie de frayeur, fatiguée par le fracas des armes
Et des chiens, elle tente de fuir,
Exténuée, mais meurt sous les coups.

.

Concerto n° 3 en fa majeur, op. 8, RV 293, « L’autunno », I. Allegro, Antonio Vivaldi (Israel Philharmonic Orchestra, Zubin Mehta – direction, Shlomo Mintz – soliste)


.

Concerto n° 3 en fa majeur, op. 8, RV 293, « L’autunno », II. Adagio molto, Antonio Vivaldi (Israel Philharmonic Orchestra, Zubin Mehta – direction, Shlomo Mintz – soliste)


.

Concerto n° 3 en fa majeur, op. 8, RV 293, « L’autunno », III. Allegro, Antonio Vivaldi (Israel Philharmonic Orchestra, Zubin Mehta – direction, Shlomo Mintz – soliste)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s