Vos gammes Monsieur Wagner, vos gammes !

Les gammes, les arpèges, les « Hanon ». Autant d’exercices que les pianistes en herbe et Igor Wagner connaissent par coeur, non sans mal.

Petit rappel solfège. La gamme est un exercice très simple dans son principe. On choisit une note. Prenons le do. On décide de la prendre majeure ou mineure. La gamme en do majeur est le do – ré – mi – fa – sol – la – si – do que tout le monde, ou presque, connaît. Celle en do mineur change légèrement : do – ré – mi♭ – fa – sol – la♭ – si♭ – do.
L’arpège permet de trouver les accords se rapportant à une note. Celui en do majeur sera ainsi do – mi – sol – do.
Enfin, le « Hanon » est un terme dérivé du compositeur Charles-Louis Hanon et de son ouvrage au titre sans fin, mais-plus-clair-que-ça-tu-peux-pas : Le pianiste virtuose en 60 exercices calculés pour acquérir l’agilité, l’indépendance, la force et la plus parfaite égalité des doigts ainsi que la souplesse des poignets. La difficulté augmente au fil des exercices et une chose perdure : la répétition. L’ennui n’est jamais bien loin.
Evidemment, plus on est à l’aise, plus on augmente la vitesse du métronome, ce bon vieux tic-tac qui dirige nos doigts tel un chef d’orchestre sans âme.

Pour les plus curieux d’entre vous, voici à quoi ressemble l’exercice n°2 du Hanon :


.

Toute cette souffrance musicale n’a qu’un but : pouvoir déchiffrer et jouer à la perfection n’importe quel morceau. Ah, le morceau. Quelle délivrance. Enfin de la mélodie, de l’inattendu, de la légèreté… Enfin ça, ça fonctionne très bien pour Mozart, Schubert, Beethoven, Satie, Debussy, et d’autres. Mais pas pour Bach. Bach, ma bête noire. Bach, ma cerise sur le gâteau. Bach, mon Hanon caché.

Car oui, Bach (1685-1750) a composé beaucoup de pièces à des fins pédagogiques, point qu’oublient souvent d’évoquer les professeurs.
Imaginez. Vous venez de fermer le grand livre vert aux pages cornées de ce cher Monsieur Hanon et vous déployez la partition tant attendue. « Invention n°1 de Jean-Sébastien Bach ». Miam miam.


Inventionen und Sinfonien n°1, Johann Sebastian Bach (Glenn Gould – piano)
.

Bach a composé 30 inventions similaires, du do majeur au si mineur.

Plus subtile, plus mélodieux, mais tout aussi vicieux, Le clavier bien tempéré. « Pour la pratique et le profit des jeunes musiciens désireux de s’instruire et pour la jouissance de ceux qui sont déjà rompus à cet art. » nous dit Bach.
Le prélude le plus connu de cet ouvrage est le n°1 en do majeur.


Prélude en do majeur, Johann Sebastian Bach (Glenn Gould – piano)
.

Voici celui en la mineur.


Prélude en la mineur, Johann Sebastian Bach (Damien Michel – piano)
.

Pas d’amalgame. Bach c’est aussi la Suite pour orchestre n°3, plus connue sous le nom d' »aria », dirigée ici par Karajan.


Suite pour orchestre n°3, Johann Sebastian Bach (Herbert von Karajan – direction)
.

Et puis vu et joué par Nigel Kennedy, Bach est tellement plus amusant.


Inventions, Johann Sebastian Bach (Nigel Kennedy – violon, Juliet Welchman – violoncelle)
.

Bonne écoute !

Publicités

2 Comments

  1. beaufrais

    Très sympa :-)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s