Naïade

Il m’arrive souvent de bloquer sur un compositeur, un chef d’orchestre ou un musicien, de manière totalement incongrue. Ma dernière victime fut Dvořák. Un réveil difficile, une folle envie de Nouveau Monde et de danses slaves. Allez comprendre.
Au détour d’une écoute aléatoire est ainsi arrivé le « Chant à la Lune », le morceau le plus connu de l’opéra Rusalka (1901) et, je vous avouerais, le seul que je connaissais. Trop bête, me suis-je dit. Je ne peux décemment pas continuer ce blog en ne connaissant qu’un seul morceau de Rusalka, d’autant plus le plus connu. Compte Spotify illimité et livret en poche, je n’avais que l’embarras du choix pour découvrir cette Petite Sirène à la Dvořák.


Bien sûr, on ne peut pas apprécier un morceau à juste titre dès sa première écoute. J’ai donc laissé l’opéra tourner quelques heures et me suis emparée du livret pour la dernière. J’avais oublié néanmoins un tout petit détail. L’opéra est un genre par nature triste. Il faut d’ailleurs ajouter « comique » derrière le mot, pour signifier à son auditoire qu’il ne quittera pas l’amphithéâtre le coeur totalement dévasté. Mes écoutes m’avaient facilement fait comprendre que Dvořák avait respecté la tragédie du genre, mais mon manque de phrasé tchèque m’avait caché la perfidie de l’auteur du livret, Jaroslav Kvapil. Pour tout vous dire, je n’étais pas au meilleur de ma forme en rencontrant le mot « FIN ».

En cette veille de Noël, il me semble opportun de partager ce, certes triste, mais surtout délicieux instant avec vous. Pas de vidéo aujourd’hui, liens musicaux uniquement afin que vous ne perdiez pas le fil de l’histoire.

L’intrigue s’apparente beaucoup à celle de la Petite Sirène. Mais pas celle de Walt Disney. Je ne sais pas si vous vous souvenez. A l’époque justement de la sortie du dessin-animé de Disney, tournait également dans les magnétoscopes une autre version. La « fausse » version, d’après les cours d’école. Celle où la sirène devenue femme muette n’épouse jamais le prince et se transforme en écume de mer. Véritable traumatisme pour les petits gnomes de 5 ans. Et bien Rusalka, c’est à peu près ça, la queue de poisson en moins et la mort du prince en plus.

.
Intrigue

Rusalka est l’ondine d’un lac, fille du « Génie des Eaux ». Mais une ondine triste, car éprise d’un amour impossible : un jeune prince, qui souvent vient se baigner parmi ses flots. Désespérée, elle annonce à son père son choix de vouloir devenir femme humaine. L’Ondin, ne pouvant rien y faire, la laisse agir. Rusalka se rend chez la sorcière, sa tante, et en échange de sa voix, quitte les eaux et prend forme humaine. Elle rencontre son prince. Celui-ci est ébloui par sa beauté, mais son silence le perturbe. A l’encontre de ses sentiments, il choisit d’épouser une autre femme, une princesse étrangère à qui il était promis. A l’heure de ce choix, Rusalka disparait devant lui, emportée par les flots. Mais en ayant voulu goûter à la vie humaine, Rusalka a péché. Seule la mort du Prince de sa propre main pourra la sauver. Rusalka refuse et se transforme alors en bludička, un esprit maléfique, attirant les humains vers le fond des eaux. Le Prince, désirant la retrouver, arrive au lac et l’appelle. Rusalka apparaît. Le Prince lui demande de l’embrasser, même si ce baiser lui est mortel. Les amants s’embrassent. Le Prince meurt. Et Rusalka rejoint les profondeurs du lac.

.
Opéra et livret – Extraits (Interprétation du Czech Philharmonic Orchestra, dirigé par Sir Charles Mackerras)

ACTE I

– Rusalka vient d’annoncer sa décision à son père et demande à la lune de la protéger.
Ecoute : ici
.

– Rusalka rend visite à la sorcière et se transforme en femme humaine.
Ecoute : ici .

– Rencontre avec le Prince
Ecoute : ici .

– Annonce de la tragédie par les Naïades
Ecoute : ici .

.

ACTE II

– Bal en l’honneur du Prince. Rusalka se rend compte de l’amour du Prince pour la Princesse étrangère.
Ecoute : ici (le bal)
Ecoute : ici (choeur).

– Dialogue entre le Prince et la Princesse. Rusalka surgit puis disparaît dans les flots.
Ecoute : ici .

.

ACTE III

– Rusalka refuse l’offre de sa tante de tuer le Prince pour se racheter et disparaît dans les eaux.
Ecoute : ici .

– Le Prince rejoint Rusalka. Ils s’embrassent. Le Prince meurt, Rusalka disparaît.
Ecoute : ici

.

Pour une écoute intégrale, c’est ici !

.

Bonne écoute et joyeux réveillon de Noël.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s