Le plus grand chef de tous les temps

Qui est le plus grand chef au monde ? Véritable marronnier du secteur classique, la question peut néanmoins poser problème. Bien sûr, on connaît le nom des plus grands chefs d’orchestre. Mais comment déterminer LE meilleur ?

BBC Music - Avril 2011

Le magazine anglais BBC Music a mené sa petite enquête en prenant un angle tout à fait intéressant. Au lieu d’interroger les critiques du genre, BBC Music s’est adressé directement aux chefs et plus précisément à 100 chefs parmi les plus reconnus actuellement. Question simple : quels sont les trois chefs qui vous ont le plus inspiré ? Le magazine d’avril lève le mystère.
.

Le « panel représentatif »

Marin Alsop (directrice du Baltimore Symphony Orchestra), Riccardo Chailly (Leipzig Gewandhaus Orchestra), Sir Colin Davis (London Symphony Orchestra), Gustavo Dudamel (Los Angeles Philharmonic), Ivan Fischer (Budapest Festival Orchestra), Vladimir Jurowski (London Philharmonic Orchestra), Marc Minkowki (Sinfonia Varsovia), Yannick Nézet-Séguin (Rotterdam Philharmonic Orchestra), Michael Tilson Thomas (San Francisco Symphony)… Ils sont tous là.

Tous, sauf les très, très (très) grands ! Pas de Rattle, ni de Boulez, ni même de Muti ou encore d’Abbado dans le lot. Pourquoi ? Le magazine a-t-il d’office écarté de son interrogatoire les chefs en liste pour la palme ? Pourtant, Sir Colin Davis a répondu. Boule de gomme et c’est bien dommage pour un classement intemporel. J’aurais beaucoup aimé savoir qui étaient leurs mentors. Qu’à cela ne tienne, je leur demanderai moi-même. (Ben, tiens.)

En parcourant les résultats, on peut lire que Dudamel et Nézet-Séguin, deux des plus excités de l’estrade, ont pris entre autres pour muse Herbert von Karajan, un chef au sang-froid redoutable.
Marc Minkowski cite Hermann Scherchen, un chef généreux, curieux et exigeant, Charles Bruck, connu pour sa fougue et son amour de la musique contemporaine, et l’Anglais Simon Rattle du Berlin Philharmonic.
Le généreux Michael Tilson Thomas s’inspire quant à lui d’Antal Dorati, Pierre Monteux et Pierre Boulez. Deux chefs français en mire. Qui dit mieux ?

Des noms reviennent encore et encore, le décompte est lancé, les jeux sont faits.
.

Résultats

Roulement de tambour. Cinq Britanniques, trois Autrichiens, trois Italiens, deux Hongrois, deux Français, un Russe, un Allemand, un Australien, un Néerlandais et un Américain. 20 chefs, un trophée. Pour une fois que les Américains ne monopolisent pas le podium, profitons-en !

Sélectionnés pour leur charisme, leur ouverture, leur génie, leurs orchestres fétiches, ou tout simplement le respect qu’ils inspirent, les voici en crescendo.

20. Sir Charles Mackerras (Australien, 1925-2010)
19. Sir Thomas Beecham (Britannique, 1879-1961)
18. Sir Colin Davis (Britannique, 1927-)
17. Yevgeny Mravinsky (Russe, 1903-1988)
16. Pierre Monteux (Français, 1875-1964)
15. Bernard Haitink (Néerlandais, 1929-)
14. George Szell (Hongrois, 1897-1970)
13. Ferenc Fricsay (Hongrois, 1914-1963)
12. Sir John Barbirolli (Britannique, 1899-1970)
11. Sir John Eliot Gardiner (Britannique, 1943-)
10. Carlo Maria Giulini (Italien, 1914-2005)
9. Pierre Boulez (Français, 1925-)
8. Arturo Toscanini (Italien, 1867-1957)
7. Wilhelm Furtwängler (Allemand, 1896-1954)
6. Sir Simon Rattle (Britannique, 1955-)
5. Nikolaus Harnoncourt (Autrichien, 1929-)
4. Herbert von Karajan (Autrichien, 1908-1989)
3. Claudio Abbado (Italien, 1933-)
2. Léonard Bernstein (Américain, 1918-1990)
1. Carlos Kleiber (Autrichien, 1930-2004)

Une liste avec et sans surprise. On y retrouve les grands noms, les maîtres du genre, mais dans un ordre loin d’être évident. Je ne suis pas certaine que vous connaissiez tous Kleiber. Il aura droit à son petit billet. Je vous avoue néanmoins être un peu triste de ne pas y voir Riccardo Muti, dont je suis une inconditionnelle. Tant pis.

Et si nous comparions ce joli tableau à la liste des meilleurs orchestres du monde. Oui, bien sûr, la comparaison est anachronique, mais qu’importe, je suis curieuse. Voyons.

(Un trait = « a été directeur principal de l’orchestre » – Je ne considère pas leurs directions occasionnelles, j’y passerais une semaine…)
.

"Relie le chef à l'orchestre qui lui correspond"
"Relie le chef à l'orchestre qui lui correspond"

Les Philharmoniques de Berlin et de New-York ainsi que le Symphonique de Londres ont à leur actif le plus grand nombre de chefs-stars. Bernard Haitink fut, quant à lui, directeur principal de quatre des plus grands orchestres actuels.
Morale ? Aucune. Pour une morale de ce nom, il faudrait faire de même en une année précise. Un jour peut être.
.

Carlos Kleiber
Carlos Kleiber

 

Publicités

13 Comments

  1. Renaud

    Il me semble, si ma mémoire ne me trompe, que j’ai eut l’honneur de chanter avec le n°18, c’est déjà pas mal.

    1. Wouh, et tu me cachais ça ?

  2. Xavuer

    Carlos Kleiber, mon préféré !
    Je n’aurais jamais cru qu’il serait mis premier !

    Petite précision: le numéro 11 est Sir J. E. Gardiner (John Eliot n’est que son prénom)

    Je viens de découvrir ce site (via la page ARTE sur Facebook), je sens que je reviendrai !

    1. Oh, mais oui, merci beaucoup ! Je n’avais pas vu cette coquille.
      Petit billet sur Kleiber en prévision !
      Merci pour cet enthousiasme.
      A bientôt !

  3. Bonjour,
    En attendant le billet sur Kleiber (avec impatience), jetez un petit coup d’oeil sur le blog de la Philharmonie ;-) Il y a entre autres un extrait d’un documentaire « Traces to Nowhere » super intéressant (que vous trouverez aussi sur Youtube) et aussi un DVD présentant les images de répétitions avec le Südfunk-Sinfonieorchester. Jetez un coup d’oeil, car cela vaut vraiment la peine de voir Carlos Kleiber expliquer sa vision des pièces!

    Bravo PetiteBonhomme pour ce blog super intéressant! C’est vrai, la musique classique est tout sauf rébarbative, démodée et ennuyeuse!

    Didier

    1. Bonjour Didier,
      Merci beaucoup pour tout cet enthousiasme ! Je vais de ce pas regarder l’extrait.
      J’écris une petite note sur la programmation 2011-2012 de la Philhar. Vous avez fait très (très) fort.
      A bientôt !

  4. Nicolas

    karajan est de loin le meilleur chef d’orchestre de tout les temps

    1. Bonjour !

      Certes ! Et respect absolu pour Carlos Kleiber dont la stature musicale est immense et n°1.
      Et pour le génie pétillant de Bernstein n°2 !…
      Abbado devance Karajan qui passe seulement en n°4 : c’est la grande surprise… Ce sont
      les plus grands qui sont les plus cités, quoi qu’il en soit .
      Je reste sans voix en revanche en découvrant que certains noms légendaires n’ apparais-
      sent même pas :
      – Klemperer, Böhm, Walter, Münch, Markevitch….
      – Dutoit, Celibidache, Svetlanov, Ozawa, Solti, Sinopoli…..
      Tous ces grands passent cela va sans dire bien avant un …. Barbiroli ! Ni Mackerras, ni
      Harnoncourt, Gardiner ou Rattle, malgré toute l’ admiration qu’ ils m’ inspirent et que je connais tous bien !

      Néanmoins la liste des orchestres est assurément une bonne liste (sauf pour le « Saïto
      Kinen » ) que je remplacerais sans hésitation par le Münchner Philharmoniker, l’ Orches-
      tra de l’ Academia Nazionale di Santa Cecilia et l’ Orchestra Philharmonica della Scala di
      Milano….par exemple ! Et pour les avoir tous entendus en concert, je n’ ai pas dévié depuis plus de 40 ans ( je sais bien que ce n’est pas comme une course de chevaux, le « quarte » des gagnants
      …) de cet ordre : 1 – Wiener Philhar.
      2 – Berliner Philar.
      3 – Royal Concertgebow
      4 – London Sym.
      Je ne peux pas non plus imaginer que le Leipzig Gewandhaus ou le Boston Sym. puissent
      se situer au delà d’une quelconque 10ème place !….

  5. gael

    le plus grand de tous sait FURTWÄNGLER et la aucun de la liste qui lui arrive à la cheville

  6. Jean-Claude VALERE-GILLE

    Carlos KLEIBER n°1 : cela ne peut étonner que ceux qui ne l’ont jamais vu ou entendu. Que FURTWANGLER soit précédé par BERNSTEIN, ABBADO ou même KARAJAN est incompréhensible.

  7. Il me semble qu’il manque Sergiu Celibidache ? Peut-être pas assez conventionnel ?

  8. Victor

    Il me semble qu’il manque Sergiu Celibidache. Et préférer le maniérisme de Simon Rattle à Furtwangler ou Giulini, c’est étrange.

  9. Bimbenet Jérôme

    Kleiber N°1 quoi de plus normal, c’est un génie absolu! Furthwangler absent c’est curieux peut-être est-ce car les chefs orchestres ne sont pas de cette génération, même si Toscanini est cité. Erich Kleiber mérite aussi d’être cité! Suis assez d’accord avec les 5 premiers.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s