Heaven in Luxembourg

Je vous présentais récemment la saison 2011-2012 de l’Opéra de Paris sous l’angle du « YAKWA ? », aujourd’hui pour la Philharmonie de Luxembourg, envisageons le « YAKI ? ».

8h30. Coincée dans les embouteillages quotidiens du Kirchberg, la « City » luxembourgeoise, une publicité attire mon regard. « Saison 11-12 de la Philharmonie ». Chic, chic ! Ma pause déjeuner aura du bon. 
Treize heures tapantes, cheveux au vent, Persol au nez, pédale, pédale avenue J-F Kennedy  sur mon Véloh‘. La Philharmonie est à deux minutes. 
L’objet du délit est en place. Hihi. A moi la jolie et lourde brochure.
.

Saison 2011-2012 - Philharmonie de Luxembourg
Saison 2011-2012 - Philharmonie de Luxembourg (pdf)

Attends, zoome un peu… Parfait !

Philharmonie de Luxembourg
Philharmonie de Luxembourg

Lecteur, la Philharmonie. Philharmonie, Lecteur. Voilà, présentations faites !
Cette photo a cet avantage de dissimuler quelques affreuses tours qui entourent la belle. Qu’importe, une fois entrés, seule compte la musique. Et quelle musique …

Marc Minkowski et Yannick Nézet-Séguin n’étaient qu’un doux avant goût de ce que nous réserve la saison prochaine. C’est peu dire.

La Philharmonie range ses concerts dans des petites boîtes : « Grands orchestres », « Grands solistes », « Voyage dans le temps », « Récital de piano », « Jazz & beyond »… 19 petites cases sans compter celles des enfants. Un abonnement possible pour chaque, et 40% de réduction pour nous les petits jeunes de moins de 27 ans.
Ouvrons quelques une de ces boîtes.

Etoiles classiques

Charade :
– Mon premier est mon chef d’orchestre préféré toutes catégories
– Mon deuxième est l’un des cinq meilleurs orchestres symphoniques mondiaux
– Mon troisième est  une onomatopée qui fait grand bruit
– Mon tout ouvre la saison 2011-12 de la Philharmonie deux soirs de suite.

Réponse :
« Riccardo Muti et le Chicago Symphony Orchestra (CSO). BOUM ! »

Hihi, je sautille de joie. M.U.T.I. Exquise mise en bouche.

La suite n’en est pas moins délicieuse.

Dans la catégorie « Grands orchestres », le Royal Concertgebouw Orchestra, classé n°1 mondial en 2008 par Gramophone, dirigé par Daniel Harding et accompagné de la super-star chinoise Lang Lang au piano, triptyque affolant. Et la folie continue  : le Cleveland Orchestra (n°7 mondial), le London Symphony Orchestra (n°2), le New York Philharmonic (n°12), l’Orchestre de Paris dirigé par Riccardo Chailly, le Wiener Philharmoniker et le Saint Petersburg Philharmonic Orchestra.
A l’écoute, beaucoup de grands classiques… musiques adorées pour orchestres de renom. La Philharmonie ne fait pas les choses à moitié. Morceaux choisis :
Columbia Symphony Orchestra;Leonard Bernstein – Rhapsody In Blue 
Herbert von Karajan – Symphony No. 9 in E Minor, Op.95, B.178 ‘From the New World’ (1986 Digital Remaster): I. Adagio – Allegro molto 

En « Grands Solistes » : Julia Fisher (violon), Truls Mørk (violoncelle), Lang Lang à nouveau (piano). Ajoutez Hélène Grimaud (piano) en « Orchestral », Anne Sofie von Otter (mezzo-soprano) en concert exceptionnel et soufflez un peu avant le dessert… L’immense Radu Lupu en « Récital de piano ».
En bonus, des « Ciné-concerts » dont deux Charles Chaplin le 10 mars accompagnés de l’Orchestre Philharmonique de Luxembourg dirigé par Carl Davis.

Fffiou, j’en suis toute retournée. Et je n’ai mentionné là que la crème de la crème, the cream of the crop. Le reste n’en est pas moins charmant.

Si ces noms vous sont inconnus, faites moi confiance, ils valent leur pesant de chocolat.
Je vais peut être bien m’y installer pour de bon, moi, à Luxembourg.

Radu Lupu – Radu Lupu – Complete Decca Solo Recordings

.

Publicités

2 Comments

  1. Alors ça c’est du compliment. Grande surprise et grand merci. Fait non seulement plaisir d’entendre que ce pavé de brochure invite malgré sa taille et son compact contenu à sa lecture, mais ô quelle joie, qu’elle parvienne à remuer de telles sensations délicieuses dans l’esprit de la jeune affamée de musique qui la lit.
    Effectivement, quand on a un appetit d’Obélix, on en a pour son compte. Et hops plusieurs sangliers en un coup. Et il en reste toujours pour plus tard.
    Moi je pense souvent aux p’tites faims qui casseraient bien la croûte mais ne savent pas où mordre, à ceux qui ne connaissent pas bien les innombrables plats et menus que nous leur proposons; bref, aux curieux qui aimeraient que nous les prenions par la main pour les mener à ce resto auditif aux merveilleuses surprises.
    Et je me dis que ce que tu fais avec un tel enthousiasme, chère PetiteBonhomme, c’est exactement ce dont les p’tites faims ont besoin: tu les invites au voyage, tu éveilles leur curiosité, tu leur donnes faim!

    Un grand merci à toi et un bon appétit à tous!

    1. Hihi, merci beaucoup ! Ce pavé se digère encore mieux qu’une pastille Vichy.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s