Made in Philharmonie Luxembourg (2012-2013)

19 avril 2012 – Conférence de presse de la Philharmonie Luxembourg 

Du vent, du gris, du froid et une pointe de bruine. Avril nous offrait encore de belles perspectives. Mais ce matin là, il en fallait plus pour m’arrêter. Sous mon parapluie pour deux, je sautais dans les flaques. Dans quelques minutes, la Philharmonie dévoilerait à la presse sa programmation 2012-2013…

Je repensais à mes coups de cœur de la saison passée : les deux soirées d’ouverture par le Chicago Symphony Orchestra et ce très cher Riccardo Muti, l’incroyable Jean-Guilhen Queyras, ou encore la drôle de composition pour bayan [1] de Gubaidulina présentée par le London Symphony Orchestra. Je n’en oubliais pas mes petites déceptions, comme l’interprétation effacée du Cleveland Orchestra [2].

Pour la nouvelle saison, j’avais mon tiercé gagnant. Du côté des chefs, j’espérais secrètement un retour de Muti – on ne se refait pas. Côté solistes, je priais pour la venue de Janine Jansen que j’avais tant de fois loupée à Paris. Et du côté des déjantés, j’attendais Nigel Kennedy, qui manquait rarement à l’appel. Pour la cerise sur le gâteau, je laissais à la Philh le choix parmi mes chanteurs lyriques préférés : Jonas  Kaufmann, Rolando Villazon, Philippe Jaroussky, Isabel Leonard.. Bref, je n’étais pas trop exigeante.

Arrivée dans la salle de musique de chambre, je continuais mes pronostics, bien loin de m’imaginer que pour sa huitième saison, la Philh avait prévu bien des changements.
.

.
L’OPL @ la Philh

Le premier événement de la saison 2012-2013 était de taille, la ministre de la culture luxembourgeoise Octavie Modert s’était elle-même déplacée pour annoncer la nouvelle. Depuis le 1er janvier 2012, la Philharmonie Luxembourg n’était plus une coquille vide. Elle avait désormais fusionnée avec son orchestre résident, l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg (OPL). Et personne ne m’avait prévenue !
.

.
Le texte de loi avait été voté à « l’unanimité moins une voix », s’en félicitait Octavie Modert, aux côtés du Président du conseil d’administration Jean Hoss qui renchérissait en citant Mirabeau  « Nous sommes ici par la volonté du Peuple !». Le Chef Krivine philosophait quant à lui quelque peu « La Philharmonie s’humanise […] elle s’ancre dans le paysage ». 
Bref, cette fusion ravissait tous les intervenants présents ce matin là.

Et après ? me direz vous. Qu’est ce que cela peut bien changer ? La programmation, pardi.
.

New, new, new

L’arrivée de l’OPL donne un nouvel élan à la programmation de la Philh. Nouveaux cycles, nouveaux événements, nouvelles idées. La saison déjà bien remplie s’enrichit encore et reflète brillamment la collaboration entre la Philh et son orchestre. [3]

Du côté de l’OPL justement, pas moins de trois cycles et quatre « concerts festifs » sont ajoutés à la programmation :

– « Les grands rendez-vous », qui seront l’occasion pour le Chef Krivine de recevoir des chefs et des musiciens d’exception : Gautier Capuçon, Radu Lupu ou encore le chef de l’orchestre de l’Opéra de Lyon, Kazushi Ono.

– Les spectateurs iront de découverte en découverte au fil des quatre soirées « Aventure + ». Des concerts en deux volets (Grand Auditorium puis Grand Foyer) et aux thématiques particulières qui ne manqueront pas d’originalité.

– Enfin, les « Matinées » réveilleront les grandes œuvres classiques et les amateurs des dimanches matins musicaux.

Quant aux concerts festifs, je lance un cri : ENFIN ! Oui, ENFIN la Philharmonie aura son concert de fin d’année ! Et parce qu’elle en fait toujours plus que tout le monde, il y aura un concert de Noël, un concert du Nouvel An, un concert de Pâques et un opéra-concert (!) d’été…

Bref, mes soirées à venir risquent d’être bien occupées…

Du côté de la Philh, quatre nouveaux cycles ont été créés. Sans surprise, la jeunesse, si chère à la Philharmonie, reste à l’honneur. Les mélomanes en culotte courte déjà fans des cycles « Loopino » (3-5 ans) et Philou (5-9 ans) victimes de leur succès, pourront continuer leur éveil classique grâce aux nouveaux cycles « Bout’chou » (3-5 ans) et « Philou 2 » (5-9 ans). Demeurent les cycles « Musek erziehlt » (ou le cycle qui raconte la musique), « OPL –Familles » (7-12 ans), « Miouzik » (9-12 ans) et iPhil (13-17 ans). Bref, à tous ceux qui se lamentent de la pauvreté de l’éducation musicale proposée aux enfants, venez donc à la Phil…

Et les jeunes ne sont pas les seuls à pouvoir bénéficier d’une formation classique. Consciente du gouffre persistant entre ce que j’appelle la « culture pub » (entendez les œuvres connues davantage pour les parfums, tentes Quechua ou films qu’elles accompagnent, que pour leur compositeur) et les compositions moins connues mais non moins louables, la Philharmonie entend donner les moyens à ses spectateurs de compléter leur culture classique. Une méthode simple et efficace, le « 2x hören », ou le « plutôt deux fois qu’une ». Brillante idée. Concrètement, l’œuvre est jouée une première fois. Puis une modératrice et les musiciens discutent de l’œuvre avec le public [4]. Une fois l’œuvre expliquée, les musiciens la jouent une seconde fois.

D’expérience, je peux vous dire que vous n’entendrez certainement pas le morceau de la même façon. Je l’ai d’ailleurs vécu cette année lors d’un concert donné par les Solistes Européens Luxembourg (SEL). Les SEL interprétaient ce soir là les « Saisons » de John Cage, compositeur américain contemporain connu pour sa musique minimaliste. Ses « Saisons » auraient certainement laissé la majorité de la salle pantoise, si le Chef König n’avait pas eu la bonne idée de décortiquer et raconter l’œuvre au public avant de la jouer entièrement. Un régal. A la fin de l’interprétation, la salle était enjouée. Et je peux vous dire que pour une composition contemporaine, c’est assez rare. Super idée donc de la part de la Phil !

Deux compositeurs seront cette année présentés au public dans le cadre de ces « 2x hören » : le Polonais Karol Szymanowski [5] et – décidément – ce fou de John Cage. Ah oui, au fait, les deux soirées seront totalement gratuites. … (vous n’avez plus d’excuse)

Et comme si la saison ne s’annonçait pas assez originale, la Philh conclut en alliant musique et relaxation par trois concerts « Yoga & Music ». Ben tiens.
.

John Cage – © Steven Speliotis

 

Tapis rouge

Après tous ces changements, il était grand temps de mettre mes pronostics à l’épreuve. Roulement de tambour !… Les stars de la saison 2012-2013 à ne pas manquer sont… :

– le chef Sir John Eliot Gardiner (chef parmi les plus grands de notre époque) ;

– le violoncelliste Jean-Guilhen Queyras, qui viendra à trois reprises : d’abord en compagnie de l’Arcanto Quartett, puis seul et enfin accompagné de l’OPL ; 

– les pianistes Yuja Wang (dont cet enregistrement était une petite merveille), Christian Zacharias et les fidèles Martha Argerich et Radu Lupu ;

– le chef aux violes de gambeJordi Savall ;

– la mezzo-soprano qu’on ne présente plus Cecilia Bartoli ;

– ce filou de Nigel Kennedy (gagné !) ;

– et……………………………………….. JANINE   JANSEN (ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii).
.

Janine Jansen – © Sara Wilson, Decca

.

On suivra également de près les rising stars de la saison, comme Igor Levit : (qui a un peu grandi depuis..)


.
Enfin, on jouera du Toy Piano un soir de décembre (expérience musicale assez surprenante) et, avis aux amateurs de Fantasia, la Pastorale de Beethoven !

.
La Philharmonie rouvre ses portes lundi. Bonne saison à tous !
.

__________________

[1] Le bayan est un accordéon d’orchestre russe.

[2] Mais je ne savais pas encore que cinq jours plus tard je vivrai bien pire ! A suivre dans un prochain billet.

[3] Retrouvez l’ensemble des cycles 2012-2013 de la Philharmonie Luxembourg ici !

[4] Attention toutefois, les discussions seront en Allemand.

[5] La Philharmonie présentera cette année plusieurs concerts avec le London Symphony Orchestra sur les compositions de Szymanowski. Une application mobile « Szymanowski 2.0 » accompagnera l’événement. Affaire à suivre !

.

Publicités

2 Comments

  1. montoisy

    Enfin la petite classique est de retour! Très belle promotion pour un programme qui le mérite.

    1. Merci ! :) Mieux vaut tard que jamais, dit-on. …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s