Gaveau naïve, Gaveau éclectique, Gaveau intime

La saison classique 2012-2013 nous offre décidément de belles perspectives. Le label Naïve et la salle de concert mythique de la rue de la Boétie ont initié ensemble une nouvelle programmation pour la jolie salle parisienne. L’idée ? Prenez une trentaine d’artistes, une acoustique remarquable, ajoutez y une pointe de fraicheur, un brin de pédagogie, un soupçon d’inventivité et enrubannez le tout d’une salle au charme intact. Vous obtiendrez « Gaveau intime ».
.

.

La recette parait simple mais n’en est pas moins originale.

Gaveau Intime c’est d’abord et évidemment la salle Gaveau. La salle de musique de chambre à la meilleure acoustique de tout Paris. Gaveau Intime lui reste fidèle en proposant plusieurs concerts de « musique en chambre », avec entre autres le harpiste Emmanuel Ceysson, l’altiste Antoine Tamestit, Isabelle Faust et Alexander Melnikov pour un duo violon et piano, ou encore le trompettiste Romain Leleu, et quelques « pérégrinations baroques » avec Amandine Beyer et son violon baroque et la venue de la grande Anne Sofie Von Otter et la Capella Mediterranea pour ne citer qu’elles.
.


Romain Leleu
.


Amandine Beyer
.

Gaveau Intime c’est aussi une programmation réservée, accueillante… « intime » quoi. Une sélection d’artistes de choix pour des représentations entre l’artiste, son instrument et le public. Il y aura les « Pianos intimes » d’Igor Tchetuev, de Nelson Goerner, ou de Miroslav Kultyshev, et les « Voix intimes » de Sandra Mingardo et Rinaldo Alessandrini, ou d’Ian Bostridge. On s’y sentira chez soi.
.


Igor Tchetuev
.


Ian Bostridge
.

Gaveau Intime c’est du classique, bien sûr. Mais pas que. La programmation cerne le genre et le dépasse. Elle rappelle que le classique fait partie de notre Histoire et l’associe aux mots lors des « Rencontres littéraires et musicales » avec Charlotte Rampling et Nancy Huston. Elle déjoue ses barrières avec Jean-François Zygel et douze représentations décalées consacrées à six grands compositeurs. Et elle va au delà, en invitant ses confrères du jazz et d’ailleurs.

Enfin, Gaveau Intime n’oublie pas l’orchestre et l’émotion et convie sur scène Jean-Christophe Spinosi et son Ensemble Matheus, et Laurence Equilbey, une des rares femmes chefs d’orchestre et son Insula Orchestra.

Bref. Gaveau Intime, c’est le classique au XXIe siècle, comme on l’aime.

.

(Voir la programmation Gaveau Intime ici)
.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s