Comme un Premier de l’An

Cette année, j’ai loupé le Concert de Nouvel An de Vienne. Un jour de l’an, ça arrive…
.

Calvin & Hobbes, Bill Watterson
Calvin & Hobbes, Bill Watterson

.

C’est fou ce que j’aime le Concert du Nouvel An. Il me rappelle les petits déjeuners tardifs du 1er janvier chez mes grand-parents. Mes cousins et moi affalés dans le canapé, les cheveux encore entortillés dans les cotillons, à siroter nos chocolats chauds et battre du pied en rythme devant les valses de Strauss.

Chaque année, j’y repense. Et chaque année, quand je réussis à me réveiller, cela me fait sourire. Pendant 1h30. Je souris. Parce que depuis tout ce temps, la formule reste la même. L’Orchestre Philharmonique de Vienne, la Salle Dorée du Musikverein, le public endimanché, les applaudissements et les danseurs grotesques qui m’empêchent de profiter du concert à 100% (parce qu’entre nous, cette idée de couper une partie du concert pour voir des couples de danseurs tournoyer dans les salles du Musikverein, ce n’est pas ce que je préfère…). Les seuls changements, le chef et la première partie du programme. Celle avant les voeux et le Beau Danube Bleu.

Cette année, le chef invité par le Philharmonique était sans doute le plus fougueux des grands chefs de notre siècle : Gustavo Dudamel, l’actuel chef du Philharmonique de Los Angeles et de l’Orchestre national des jeunes Simón Bolívar du Venezuela. Un chef plein de talent repéré en 2003 par Simon Rattle et dont la réputation ne s’arrête plus de croître.

.

Ho, Lawrence K. ,Äì,Äì B582416078Z.1 LOS ANGELES CA. OCT. 04, 2012. Gustavo Dudamel conducting the L.A. Phil in Beethoven's "Eroica" Symphony at the Walt Disney Concert Hall in Los Angeles on Oct. 04, 2012. Also on the program Beethoven's Piano Concerto #1 with Leif Ove Andsnes, pianist .(Lawrence K. Ho/Los Angeles Times)
Gustavo Dudamel (Credit: Lawrence K. Ho/Los Angeles Times)

.

Ce weekend, le temps était gris, mêlant pluie et neige fondue, mon chien était en vadrouille loin de moi et je n’avais aucune envie de sortir de mon lit. La parfaite réplique d’un premier janvier. Alors du peu de force et de motivation que mon corps avait envie de mobiliser, j’ai attrapé mon ordinateur et ai savouré depuis ma couette deux heures de valses, de galops et de quadrilles. Deux heures suspendues.

Si cet instant régression vous tente vous-aussi, c’est ici > Concert du Nouvel An 2017 !
Et pour ceux qui n’aiment pas le suspense, la Marche de Radetzky façon Dudamel, c’est ici :
.

.
Evoquer le Concert du Nouvel An est aussi l’occasion de rendre hommage à un grand chef, disparu il y a quelques jours : Georges Prêtre. Seul chef français à avoir dirigé le Concert du Nouvel An de Vienne. A deux reprises qui plus est (en 2008 et 2010).

.

capture-decran-2017-01-09-a-00-34-08

capture-decran-2017-01-09-a-00-34-24

 

capture-decran-2017-01-09-a-00-34-33

.

Au fait, l’an prochain, le Concert du Nouvel An de Vienne sera dirigé par mon chef préféré, Riccardo Muti et proposera notamment des extraits de la Chauve Souris de Strauss, de la Flûte Enchantée de Mozart et de la Veuve Joyeuse de Lehar.

Cette fois, les pannes de réveil sont proscrites ! :)
.

capture-decran-2017-01-09-a-01-14-12

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s